ENTRE BOSSES ET DESCENTES




Ce dimanche 11 mars 2018 nous nous retrouvons nombreux pour rouler sur ce grand circuit. Les affres de l’hiver commencent à être moins rude pour nos pneus routes et nous sommes heureux de retrouver nos légères montures après les VTT forestiers. Mais la pratique du VTT continue à titre individuel ou entre ami(e)s du club hors sorties du jeudi et du dimanche.

 

Nous nous sommes retrouvés à 8h30 au garage des Bruyères, Groupe 1 et Groupe 2, le groupe 3 étant absent ses membres n’étant pas libres ce dimanche.

 

Pour le Groupe 1 : Pierre F. , Serge B. , Nicole R., Philippe G. , Daniel L, Christian, Philippe G.,  et quelques autres partent pour le grand tour du parcours C.

 

Pour le Groupe 2 : Thierry, Stéphane, COCO, Jean-Pierre, Daniel C., Frédéric F.  et moi-même.

 

Au total plus d’une douzaine de cyclistes de nôtre club participèrent à cette belle sortie ensoleillée.

 

Voici donc un compte-rendu pour le Groupe 2.

 

Nous partons groupés et dans une excellente ambiance, devant nous le groupe 1 dont la vitesse moyenne commence à grimper ! Nous les suivons au mieux mais l’écart se creuse entre nous et eux. Thierry nous coach ayant pour nous tous un mot d’encouragement au cours de ce parcours pas toujours facile. Il comporte pas mal de bosses, de grands faux plats, bref, cela monte plutôt que cela descend, cela monte plutôt que l’on roule sur du plat. Excellent pour se fortifier les « cuissots » comme dirait Thierry !

 

Nous roulons tous à bon train, avec une moyenne d’environ 23 km/h, ce qui est pas mal pour ce parcours où les bosses ne sont pas rares.

 

Nous nous relayons tous, tantôt Thierry est en tête avec COCO, tantôt c’est Frédéric, et nous nous attendons quand un de nous est derrière notre petit peloton.

 

Nous sommes rejoints par Stéphane en cours de route, il roule vite et fort, nous avons tous un bon rythme sur la route. Nous empruntons aussi des pistes cyclables en bordure de forêt qui ne sont pas très propres, beaucoup de déchets sur ces pistes qui ne sont pas souvent nettoyées : gravillons de toutes sortes, morceaux de branchage, quelquefois des fragments de verre… Heureusement personne d’entre nous ne perce et nous roulons sereinement.

 

Quant à moi j’ai perdu mon groupe dans une descente trop longue ! J’ai freiné et comme de juste mes camarades qui eux se lâchaient sont arrivés bien avant moi « en bas »… oui je dois dire que je ne suis pas à l’aise dans les descentes, cela va un peu mieux, mais dans le cas de cette descente j’étais pas du tout à l’aise. Du coup j’arrive à un carrefour et j’ignore quelle route prendre. J’appelle Serge P qui m’aide à m’orienter pour rentrer sur Houilles. 

 

Mes amis du Groupe 2 n’ont pas mon téléphone portable du coup impossible à me joindre,  à l’exception de Stéphane qui m’envoi un SMS avec le mot « on te cherche »… mais je ne vois pas ce SMS sur le moment et je prends la direction du retour. Hélas arrivé du côté de Fourqueux je casse ma cale droite, il me devient impossible de pédaler correctement, le pied dérape sur la pédale et je me reçois un bon coup de manivelle sur le mollet ! J’abandonne là suite à cet incident technique, je finis la sortie en voiture.

 

 C’est la première fois que je ne termine pas un parcours en groupe ou en « solo perdu », comme quoi il y a un commencement à tout, c’est le métier qui rentre. 

 

La météo était clémente heureusement, nous avons eu du soleil sur presque tout le parcours, pas de pluie. 


Les paysages 
étaient super agréables, nous n'étions pas loin de Thoiry, pour un peu nous aurions pu aller visiter le zoo ! C'est une belle région de notre département les Yvelines, un département riche en une grande variété de panoramas, avec toutes sortes de routes idéale pour l'entraînement cycliste. 

 

Je tiens à signaler qu’en ce dimanche beaucoup d’incivilités de la part de certains automobilistes rencontrés tout au long de ce parcours, comme s’ils étaient énervés de voir des cyclistes sur la route. Je note un refus de priorité, une voiture arrêté à un carrefour qui démarre au dernier moment manquant de renverser des cyclistes, une camionnette estampillée « jardins de A à Z » doublant en klaxonnant sur des cyclistes, d’autres voitures klaxonnant encore en serrant au maximum le vélo et j’en passe. Sur ce parcours il y a plus de trafic routier que sur les autres circuits de l'autre côté du département. Je me suis demandé si les mesures anti-voitures à Paris pour privilégier le vélo n’avaient pas courroucés ces automobilistes? Qui nous identifieraient à tort comme des "anti-voitures"? 

 

 

 

Gallerie d'images