UNE MAGNIFIQUE MATINEE DE CYCLISME AVEC LE SOH-CYCLO



Dès 8h30 se sont retrouvés les premiers cyclos de nôtre club au lieu de rendez-vous coutumier. Etaient présents 4 VTTistes pour les bosses forestières  et environ 14 cyclistes pour la route. Dont (sans ordre alphabétique) : Serge P., Serge B. (VTT), Nicole R. (VTT), Daniel F., Daniel C., Pierre F., Philippe G., Julio, Christian, Gérald, Alain (VTT) Joachim, Michel « le Lapin », Frédéric F., Laurent, et d’autres membres dont je ne connais pas encore les prénoms.

 

Il y avait du monde pour ce dimanche et cela faisait plaisir. Mais une contrariété : l’absence de notre Président Gérard C.et notre amie cycliste et skieuse Christel, tous deux retenus chez eux par des soucis de santé. Nous espérons que tous deux se remettent très vite et puissent venir rouler avec l’équipe.

 

Comme toujours les cyclistes et VTTistes présents échangèrent des propos passionnés sur le matériel vélo, sur les équipements d’hiver, mais aussi de bonnes blagues comme celles de Philippe qui nous racontait qu’il gela littéralement sur place au cours d’une course à pied, mais ce n’était pas une blague ! Et les vannes toutes ouvertes de nos compagnons cyclos : Serge, avec Le Lapin qui agile ne reste pas en arrière côté blagues et vannes amusantes.

 

Pierre F. Nous raconta son dernier parcours avec les membres du groupe 1, qui fut très éprouvant, un parcours constitué presque entièrement de dénivelé et de grosses bosses, de quoi mettre à l’épreuve les plus aguerris. A tel point difficile qu’il est question de retirer ce parcours « noir » en cette basse saison, avec le froid, la pluie, et tout le reste, cela rajoute à la difficulté. Pourtant Pierre est un cycliste puissant et aguerri, sa monture étant un Emonda un vélo parmi les plus légers fait pour la montagne, quelquefois des parcours qui semblent « comme les autres » se révèlent en fait de véritables anti-chambres pour de futures cyclosportives comme les « Copains » Malgré l’épreuve, nous ressentions bien que Pierre était content d’avoir réussi à rouler sur ce parcours avec les autres cyclistes du groupe 1.

 

Puis Pierre F, Serge P, Serge B, quelques autres nous donnent le signal du départ, « TOUS EN SELLE », et nous voilà parti en direction de notre premier point où les groupe se formeront définitivement pour la suite des parcours : Conflans, juste avant la passerelle Saint-Nicolas.

 

Nous roulons tous à bon train, avec plus de 25 km/h au compteur et un peu plus pour certains ! Cela démarre fort le SOH, tout le monde semble avoir la pèche, l’envie de rouler fort et bien, que du bonheur. Les Vttistes se séparent des « routiers » devant le magnifique château de Maisons-Laffitte dont l’architecture est due au célèbre François Mansart.

 

Nous roulons toujours rapidement en direction de la plaine d’Achères, il fait froid, au départ 0°, puis en plaine il fait plus froid, entre -3 et -1 selon les différents capteurs de nos vélos. Il y a du monde dans la fameuse plaine ! Nous rejoignons les CCO et le Club de Sartrouville, mais aussi quelques autres cyclistes. Au total nous sommes une bonne quarantaine, peut-être plus à rouler tous ensemble. C’est impressionnant de voir tous ces sportifs réunis par l’amour du cyclisme. Une chenille bigarrée, fortement colorée de jaune, de rouge, de gris, de bleu, de vert, de violet, et de bien d’autres nuances colorées s’étirent le long de la route. C’est sur cela à de la gueule !


Des conducteurs qui nous doublent dans leurs automobiles semblent même nous jeter un regard admiratif de voir tant de cyclistes sur cette route ! Il y a dans cette foule à deux roues toutes les marques de vélo, mais aussi toutes les époques ! Je vois un cycliste équipé d’un cadre des années 1980, à l’ancienne, avec des vitesses et dérailleur au cadre! Et il allait vite ce sportif…Il doubla toute notre « chenille » pour se mettre en tête, un véritable pied de nez au modernisme des vélos actuels…

 

Mais cette échappée « oldschool » ne dura qu’un temps, il fut vite rattrapé par le peloton. De mon côté je m’approche de lui en forçant sur mon Domane, je change de braquet : grand plateau et petit pignon, j’ai du mal à rattraper ce cycliste tout de noir vêtu ! Son vélo est bien un « ancien » et il roule à la perfection. C’est toujours admirable de voir ces anciennes machines toujours capables de rouler et de tenir la dragée haute à nos vélos actuels dotés de cadres plus larges, plus profilés, avec des géométries « diamants » quelque peu différentes et plus allongées. En fait chacun sait que c'est le cycliste qui fait le vélo et non pas le contraire ! Il faut avoir des jambes, de l’endurance, de l’entrainement, et le reste suit…  Chapeau bas à ce chevalier noir cycliste et à sa monture violette d’une autre époque de la technologie des cycles.

 

Nous arrivons enfin à Conflans. Pierre F., Julio, Christian et les autres membres du groupe 1 choisissent de faire un parcours de 80 km, peut-être ont-ils fait plus? Car avec ce groupe 1 tout est possible ! Cela envoie des watt et on vole littéralement sur la route.

 

Quand à nous, notre groupe 3 se forme avec 7 cyclistes, dont 3 membres des groupes 1 et 2 : Gérald qui roule avec un guidon plat lui donnant une posture de VTTiste sur un vélo de route, Frédéric qui est venu avec son « Spe » fait pour les classiques d’un jour comme Paris-Roubaix et Laurent qui possède une superbe monture à freins à disques. Pour eux c’est une remise en jambes pour 2018. Mais ce sont des costauds ! Quand on voit Gérald grimper une bosse à 9 % avec seulement la 5e vitesse, c’est qu’il est puissant, il faut s’accrocher pour le suivre en montée. Quand à Frédéric et Laurent ils roulent vite et bien. On s’aperçoit bien que nos 3 amis viennent d’un autre groupe que le nôtre.

 

Daniel C., Serge P., Daniel F. forment le reste de notre groupe avec vôtre serviteur.

 

Nous roulons toujours assez fort tous ensemble, à un moment on se croyait dans le groupe 2, mais tout le monde suivait sans soucis, avec des pointes à 40 km/h.

 

Nous entamons une grande descente du côté de Vauréal, pour la première fois je me lâche enfin à 50 km/h moi qui n’ose pas descendre à plus de 30 km/h … le vélo est très stable et tout va bien. Mes camarades eux sont devant à environ 55 km/h. Un vrai toboggan routier.

 

Seul petit couac, nous étions trois en échappés, Gérald, Frédéric et moi, nous grimpons allègrement une belle bosse… et tout à coup nous ne voyons plus personne derrière nous… Où est passé le reste de la troupe? Nous attendons tout en haut de la montée pendant que Frédéric part en éclaireur, il revient quelques instants après, personne… où sont-ils passés? Alors nous redescendons la montée à la recherche de nos co-équipiers… Rien… où sont-ils donc? Tout à coup le téléphone sonne dans ma poche de blouson SOH CYCLO/VTT. Je prends en m’arrêtant au préalable, car conduire ou téléphoner il faut choisir ! J’entends un Serge P. Déchainé et je prends un beau savon… avec cette phrase assassine mais pleine de vérité « quand on ne connait pas le parcours on roule pas en tête! ». Oups… C’est qu’il a raison… grisé par l’effort des bosses nous nous étions trompé de route. Du coup le reste du groupe 3 avec Serge en tête nous attendais à plusieurs kilomètres de là.

 

Moralité de l’affaire : il faut bien connaître son parcours avant de se lancer tête dans le guidon, sinon vous avez vite fait de vous retrouver à Perpette les oies en solitaire ou en échappée à 3 solitaire.

 

Sur le retour nous restons bien groupés et solidaires les uns des autres, Daniel F. Perce sa chambre à air sur la route du retour. Il faut dire qu’il y avait une piste cyclable en piteux état, remplies de petites pierres, de morceau d’écorces de toutes sortes et même d’une branche de Sapin de Noël jetée là… et la route départementale qui menait à Maisons-Laffite au sortir de Poissy était aussi très sale : gravillons de toutes sortes, morceaux d’écorces, morceaux de verres, il y avait de tout pour tous types de pneus de vélos… Pas top.

 

Nous arrivons enfin à Houilles, heureux d’avoir pu participer à cette belle sortie cycliste dominicale. Nous nous sommes dit à jeudi ou à dimanche prochain pour de nouvelles aventures sous le soleil des tropiques, pardon sous le soleil Ovillois.

 

Jonathan

 

 

 

 

Le groupe 3 aura fait un parcours de 66 kilomètres à 21,9 km/h de moyenne.