Les 7 commandements de Vélocio

1°) Haltes rares et courtes, afin de ne pas laisser tomber la pression.

2°) Repas légers et fréquents : manger avant d'avoir faim, boire avant d'avoir soif.

3°) Ne jamais aller jusqu'à la fatigue anormale qui se traduit par le manque d'appétit et de sommeil.

4°) Se couvrir avant d'avoir froid, se découvrir avant d'avoir chaud et ne pas craindre d'exposer l'épiderme au soleil, à l'air, à l'eau.

5°) Rayer de l'alimentation, au moins en cours de route, le vin, la viande et le tabac.

6°) Ne jamais forcer, rester en dedans de ses moyens, surtout pendant les premières heures où l'on est tenté de se dépenser trop parce qu'on se sent plein de forces.

7°) Ne jamais pédaler par amour-propre.

Notice sur Paul de Vivie dit "Vélocio" (1853-1930) : 

Inventeur du mot "cyclotourisme" il est le père de toutes nos cyclosportives actuelles. Créateur de la revue "le cycliste" il pensait que le vélo était un moyen de réunir l'humanité dans la Fraternité et d'éloigner le spectre des guerres. ll s'intéressa à l'Espéranto qu'il promut dans le milieu du cyclisme. Avant la Grande Guerre, de nombreux cyclistes utilisaient l'Espéranto à travers leurs voyages en Europe pour échanger entre eux. Il fut aussi adepte du végétarisme, il pensait que l'on pouvait pédaler énergiquement avec ce régime alimentaire ! Il fut aussi industriel et inventa le cadre sans raccords, le pédalier, les moyeux détachables, la géométrie moderne des cadres, mais l'essentiel fut dans la mise au point du dérailleur ouvrant aux cyclistes toutes les routes du monde...

Le Vélocio est en quelque sorte un génie du vélo, un véritable penseur et utilisateur de cette technologie révolutionnaire à son époque et qui reste le meilleur moyen de locomotion de l'Humain.