Sur les routes des marais salants

Août 2018 - Jonathan



RAPPORT SUR L’UTILISATION DU VELO LOOK KG 131 « RACING » DE 1998

 

Préambule :

 

J’ai trouvé ce vélo dans le jardin de ma compagne, il était stocké en plein air contre un mur depuis environ 14 ans. Le cadre était abîmé superficiellement, les roues alu semblaient encore en bon état, le câblage était dur, la transmission Shimano Daytona 9 vitesses étaient intacts. Alors en 2016 j’ai décidé de redonner vie à ce beau vélo, j’ai nettoyé le cadre qui est en fibre de carbone et céramique. Un procédé original de Look à la fin des années 1990. 

En roulant une première fois avec sur Houilles, la jante arrière a cédée, mais heureusement je me suis arrêté en évitant une chute. Donc je suis allé voir mon vélociste Frédéric Périgois, qui m’a remis totalement en état ce Look KG 131 « racing » fabriqué en 1998 et acheté à la même époque par Jean-Claude Joigneaux. C’était son vélo préféré et j’allais comprendre ici en Loire-Atlantique pourquoi.

 

On a donc changé les roues pour des Bontrager Elite Alu, avec des pneus Bontrager noir et beige « Race X lite AC » dont la caractéristique est de n’avoir aucune empreinte pour favoriser le rendement et d’avoir une protection de 126 tpi à la crevaison. Un pneu léger mais résistant.

Le câblage a été entièrement refait car il était oxydé et donc trop dur.

 

 

MES IMPRESSIONS SUR LES ROUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE

 

 

1°) Pas d’effet de voile :

 

Ma première surprise a été de constater que malgré un vent fort de travers, le vélo ne bougeait pas sur la route, au contraire de mon moderne Domane. La raison en est que les vélos actuels possèdent tous des cadres « larges », qui dès que le vent souffle à tendance à déporter le vélo dans le sens du vent. Le cadre du Look KG 131 est à l’ancienne « tubulaire » ce sont les derniers qui seront construits selon cette forme classée « vintage » aux normes actuelles par l’équipementier Look. Du coup le vent « glisse » sur le cadre sans déporter le vélo, une stabilité à toute épreuve est donc présente. Cela m’a beaucoup étonné de voir cela. 

 

Je comprends maintenant pourquoi ce type de cadre a duré pendant des décennies, il offre la meilleure pénétration au vent sans risque de déport du vélo. Si les cadres actuels sont peut-être plus esthétiques, plus aérodynamiques, en revanche leur défaut est cet effet de voile prononcé que chacun a pu constater lorsque il y avait du vent.

 

Le cadre «tubulaire » avait donc sa raison d’être : une excellente fluidité  déports par les vents de travers. 

 

Une excellente surprise pour moi.

 

2°) Souplesse du cadre en fibre de carbone et céramique :

 

Les routes ici sont propres mais possèdent beaucoup d’aspérités en tout genre : raccords, bitume « gros grain », etc.  Eh bien on ne les sens pas trop, au passage de ces éléments, le vélo absorbe les vibrations. Une sensation proche du Domane sans toutefois être aussi confortable. Mais c’est bienvenu de découvrir les qualités de cet ancien cadre de chez Look. Du coup sur la route on peut rouler fort sans être trop gêné par l’état des routes.

 

Seul bémol : le cadre KG 131 est conçu au niveau des haubans arrières avec deux gros rivets. Il n’est donc pas d’une seule pièce à l’arrière. Je me demandais si avec le temps ce type de rivet pouvait lâcher? Pour l’instant rien à signaler malgré le fait que ce vélo ait passé une bonne partie de sa vie dans un jardin subissant les intempéries. 

 

Le poids du cadre est aussi exemplaire : seulement 7,5 kilos ! Autrement dit un poids plume. 

 

La série des vélos KG 131 étaient en avance sur leur époque, par la légèreté, la souplesse sur la route, l’allure générale avec des bases longues annonçant l’évolution des vélos de course actuels.

 

3°) Un vélo nerveux sur la route :

 

Le KG 131 mérite bien son qualificatif de « racing », tout équipé en « campa » haut de gamme de l’époque, avec un plateau 54/42 campagnolo, ce vélo est une bombe sur la route. 

 

J’ai été étonné de rouler à 38 km/h sans soucis sur environ une bonne vingtaine de kilomètres, avant de ralentir la cadence pour la suite du parcours en Bretagne qui n’est pas toujours facile. Je roulais plus vite qu’avec mon Domane. 

 

Malgré les années, ce vélo n’a rien perdu de sa « gagne », c’est un vélo typé course et il est redoutable encore aujourd’hui.

 

Tourner les jambes pour l’endurance avec une moyenne de 24 km/h est un vrai plaisir, cela tourne tout seul. C’est un vélo facile mais fait pour un cycliste confirmé, je le déconseille à un débutant. 

 

Les freins à étriers « campa » sont excellents, tout chromés, ils sont magnifiques. De nos jours les manettes de freins sont plutôt peintes en noir, à l’époque c’était le chrome qui était à la mode. C’est pas mal esthétiquement. 

 

4°) Poste de pilotage :

 

Par contre le ceintre est marqué par son époque : il est fin, mais solide. Si le cadre filtre les raccords de la route, par contre le guidon lui « vibre » souvent, ce qui peut être désagréable à la longue. Par exemple après un 50 km on peut avoir tendance à avoir des « fourmis » dans la main, malgré les gants ! 

Mais cela peut se corriger par l’ajout d’une nouvelle guidoline plus épaisse.

 

 

 

 

CONCLUSIONS :

 

Le LOOK KG 131 est un excellent vélo de route, rapide, confortable, léger, qui procure au cycliste un vrai plaisir de rouler avec une bonne machine. 

 

Je le prendrais de temps en temps pour nos parcours SOH, car il est vraiment très bien. Bien sur il n’a pas toutes les qualités d’un vélo moderne, mais franchement il est excellent. En 1998 c’était un vélo moderne… et il reste vraiment très bien et même esthétique. 

 

Sportivement

 

Jonathan

 

Vue d’ensemble du LOOK KG 131 de 1998 dans sa livrée d’origine blanche et noire.

Gros plan sur le cadre tubulaire qui offre une résistance au vent minimale. Du coup pas de déport intempestif dès un coup de vent.

Les « croisillons » sur les tubes du cadre sont la caractéristique du carbone-céramique sur les vélos Look de l’époque. 


ÎLE DE NOIRMOUTIER - 1ère ETAPE DU TOUR DE FRANCE

L'ïle de Noirmoutier est entièrement consacrée au vélo, de plus elle fut cette année 2018 la première étape-départ du Tour de France.

 

Elle comporte 80 km de pistes cyclables des plus agréables, de nombreux loueurs de vélos, tandems, VTT, sont présents sur l'Île.

 

Le climat doux de Noirmoutier, l'air pur, les paysages de dunes, de forêts et de marais salants en font un lieu de découverte de premier plan. La beauté du littoral est le joyau de l'Île que vous pouvez découvrir à vélo. 

 

Note : Le pont de Noirmoutier comporte aussi une piste cyclable protégée. 

 

Jonathan